Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 04:46


De RGDS à La tribu (12) - copie

Good morning Jaipur  !!!!! good morning cloownnnn   !!!!!!

DSC07581

 

Que vient on chercher après 8 heures d'avion dans cet autre bout du monde ?
Cette autre bout survolté, vitaminé, bourré d'odeurs et de monde, l' Inde ?
La différence, oui surement, l'échange culturel, voir cette autre qui est comme soi mais qui n'est pas soi et qu'on ne savait pas qu'il existe. cet autre imaginé mais bien réel aujourd'hui.
On est venu pour une rencontre un bout de chemin "together my friend"
Oui,  la rencontre. Partage d'émotion , partage de vie, première rencontre clown interculturelle du stage caravane théâtre 2011

DSC07463
Nez à nez on mélange les corps et les vies, les rêves et les joies, on se rencontre enfin.
Français, indien, main dans la main, corps de noeuds, yeux ouvert puis fermés, on se lance dans l'aventure. C'est le plaisir d'échanger de se rencontrer .
Clown toujours, sans parole on se comprend, le clown se parle sans mots. Son langage nourri d'émotions et de sourires s'apprend vite, dès l'enfance et ne s'oublie pas la preuve aujourd'hui c'est le retour à la casse départ, la case enfant
recommencer à renaître. Refaire le chemin...
En clown on se parle avec les sens du bout des yeux, fraternité ? "It's possible my friend ?  yes of course all is possible and all is well..." 
c'est au bout du geste que nait le sens, le voyage commence... écoute, regard, mimétisme, on se découvre, dabord on se retrouve dedans, seul, face au monde seul avec soi et sa confiance, 


Il faut oser donner se livrer. On se montre pour le futur choix, pour la rencontre prochaine. 
Puis on se lance par deux, choisit ou au hazard tout commence... le jeu du pouvoir, tu proposes quoi ? J'écoute et je réponds, tout se joue très vite et l'Être humain n'a pas besoin de comprendre
qui est a côté ou en face de lui on le ressent, ça se passe dedans.On le vit.
J'attends trop il ne répond pas il attend mes propositions, jeu étrange entre objets opposés, ciseaux en plastiques jaunes et mini balaie à poils roses. On joue. On est en opposition, affrontement de caractère,
il est à moi aussi alors faut proposer plus fort. Trouver le jeu qui va nous relier. Tout est question de lien dans la vie, on relie tout il faut ouvrir à la communication.

DSC07466
Je pose les ciseaux sur mon chapeau et je deviens vache, cette sacrée vache sacrée, intouchable qui hante les rues, il s'effraye mais le jeu est trouvé  on commence une dance entre profane et sacrée, homme et animal,
face à face mais ce n'est pas comme chez nous ou le taureau meurt dans l'arène ici l'animal est roi et l'homme recule. Le son arrive avec l'image ! Enfin on s'est trouvé un fil d'Ariane pour un minotaure
c'est nouveau mais "jouissif" c'est lui qui trouve la sortie, fin de l'impro, merci Mohan

olivier

Repost 0
Published by jpbes - dans Témoignages
commenter cet article
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 04:32

DSC07301-copie-1

 

  "Le Clown sans frontière"

Cette première journée de stage m a bien fait comprendre que le clown est universel
Nos differences de langue de culture

ne sont pas des barrieres pour exprimer les émotions de la vie.
La difference de culture s'oublie assez vite lorsqu'on se trouve sur le plateau chaussé du nez rouge, bien sur on aura sans doute pas la meme interpretation des choses

mais si l'écoute est là nous irons dans la même direction sans parlotte.
La problématique d'apprentissage du clown reste la même

que cela soit entre francais ou francais indiens.

DSC07529
   Quel enrichissement !!!

quand on partage cet échange!!!


Le piège c'est d'arriver sur le plateau du théâtre avec des idées preconcues se donner des barrières en se disant non je ne peux pas faire telle chose en ayant

la peur d'aller contre la  culture des "Autres"

Le clown peut tout se permettre bien sur dans les respect
Clown Indien

Clown Francais

Clown Anglais

Clown Américain

Clown Marsien.....

Tous le même combat :

LE PARTAGE

DSC07364

stagiaire jean paul 1 classe

Repost 0
Published by jpbes - dans Témoignages
commenter cet article
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 17:12

                              De RGDS à La tribu (12) - copie

 

 

 

 

   " JULIE"  à "APNA GHAR 

la maison des orphelins de   JKSMS


  Les orphelins d’Apna Ghar (Notre maison)

 

 

NOUVEAU 6932

 

Nous sommes à Apnagar, la maison de l’association JKSMS, pour les enfants qui n’en ont pas, enfants des rues, pas vraiment un bon début de Karma, heureusement, ils sont rassemblés ici autour de Dashka, un peu d’espoir pour eux.


NOUVEAU 6948

Je suis bouleversée, B2, Jean Pierre et moi nous installons avec eux, ils nous accueillent avec des sourires magiques, inoubliables, rituels de bienvenu…

 

NOUVEAU 6951

Je quitte Apna Ghar dans un état spécial, en mémoire le sourire des enfants, l’injustice de la vie, l’énergie des éducateurs, les possibles transformations…

Je veux y retourner en clown…

  Tout est inattendu, merci la vie pour ce voyage.
 
 

  

Repost 0
Published by jpbes
commenter cet article
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 17:00

De RGDS à La tribu (12) - copie

 

Veg or non veg ?

 

NOUVEAU 0834

On mange un thali dans un restaurent Rajhastani, c’est délicieux, on nous sert à volonté des chapatis, du riz , des légumes épicés qui m’arrachent à ma contemplation , ma bouche et mon cerveau sont en feu.

Une femme entre une vingtaine d’yeux  s’arrêtent sur elle, le temps se fige quelques instants, le temps d’un déshabillage, et l’activité reprend.

Tandis que j’engouffre dans ma bouche un morceau de chapati, suivi d’un éclat de nan bâti, je regarde un homme allongé entre les deux voies de circulation, épuisé ou mort, un chien vient fouiner à ses pieds, il bouge péniblement les jambes.

 

Une journée entre femmes

 

NOUVEAU 6915

Aujourd’hui  journée avec les femmes, sortie dans Jaipur avec Lovely la femme de B2 et son fils, recherche d’un tailleur pour cloner des vêtements, course pour ses enfants, génial indian shopping , repas ensemble dans un petit resto populaire, on sirotent des lassis , on mange des samossas bien épicés.

En rentrant Sweeti,  sa belle sœur, m’a fait un cadeau : elle m’a invité dans sa chambre, m’a prêté un de ses sari, et des bijoux, je me sens comme une gamine qui met sa première robe de princesse, j’ai toujours rêvé de porter ce vêtement. Me voilà en sari traditionnel. La fille de Sweeti, Shaugun est ravie elle saute partout, musique indienne à fond, on dansent.

La couleur est magnifique : un bleu azur, le tissu agréable, je suis tellement heureuse, mon sourire va se décrocher.

Nous prenons un tas de photos avec la famille, en buvant du  tchai, tout le monde se joint gaiement au rituel, je n’en reviens pas.

Je l’accompagne au bazar market  en sari, je dissimule mon visage quand le rickshaw s’arrête, pour éviter l’inflation des prix de la course, une indienne, une occidentale : on triple le prix, ça ne marche pas vraiment, mais Sweeti négocie.

On éclate de rires, ce n’est pas encore le nez de clown, mais déjà une belle rencontre interculturelle, un rituel partagé…

 

DSCN4579


Repost 0
Published by jpbes - dans Témoignages
commenter cet article
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 16:39

De RGDS à La tribu (12) - copie

 

 

 

 

 

Les aventures de "Julie"  la suite ....

 

NOUVEAU-0795.jpg

 

Jaipur…la ville rose

 

Jaipur est fascinante, « incrediblle India »,  nous sommes avec JP dans un rickshaw qui s'élance dans le marasme le plus total, toujours des zigzague, dans la brume créer par les pots d'échappements, un agent dans une guérite tente invraisemblablement d'orchestrer la circulation, un brouillard de dioxyde de carbone se dégage de cette nuée d'activité.

Les sons des klaxonnes se mêle au chant des oiseux, à l’agitation de ce monde…Plein les yeux, plein les oreilles,

la circulation semble la meilleure comparaison pour saisir ce qui se passe dans notre cerveau…

Je ne suis pas si surprise mais émerveillée.

 

NOUVEAU 0809

La ville est  déconcertante, immense et pleine d'activité, cela grouille de monde, d'énergie. : Temples improvisés au creux d’un arbre, ruines, bâtiments au style Maharadjah, tôles, abris de fortune, boutiques occidentales, architecture coloniale, ordure jonchant les trottoirs, des mobylettes, des vélos, des motos, misère et grandeur de l'Inde, des porcs,  un éléphant, des singes, des écureuils, des chiens, des hommes, du monde, tout un monde…

Les étales de fruits et de légumes sont luxuriants, palette de couleurs comme les saris des femmes,

On mange des fruits face au palais des vents, des mandarines,certains dont je ne connais pas le nom, cela ressemble à des groseilles en grosse grappe jaune, l'autre fruit se coupe en deux, marron poreux, avec un gout de confiture de lait.
 J’achète de la papaye, des enfants mendiants nous accostent, les fillettes portent des bébés, je pense que ce sont leurs petits frères, l'une d'elle se met à l'allaiter à même le sol.

 

Soudain …

 

 NOUVEAU 0810

 

Un mariage passe, fanfare, marié sur le cheval, ils m'embarquent et me font

tourner, danser avec eux...

Je ne sais pas vraiment comment réagir, l’orchestre m’entoure, on m’empoigne pour me faire danser, tourner, des hommes, des femmes, la famille claquent dans les mains, je me prends au jeu,  la foule lance des fleurs…J’aimerai mettre mon nez de clown, si je l’avait eu peut être que j’aurait suivi le cortège....

Repost 0
Published by jpbes - dans Témoignages
commenter cet article
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 16:14

De RGDS à La tribu (12) - copie

 

 

 

SUIVEZ  LES AVENTURES DE JULIE

 

"Bonjour l’Inde !" 

 

  

..... Arrivée en un morceau ....

 

Inde campaing 093

 

Quelle nuit, voyage en avion agréable en long courrier, tellement énorme que nous n'avons rien senti, nous avons survolé l'Iran, l'Afghanistan, la Lybie, l’Algérie, les révoltes....sans trou d'air
en comparaison avec le coucou Toulouse Bruxelles dans le vent....nombreuses secousses...
Bitoo est venu nous chercher à Delhi airport, avec un ami à lui  Rajou, je les avaient rencontrés en France, le beau frére de B2 était présent, nom de famille Charma, moustachu comme la plupart des Indiens, avec un pull étiqueté Carlos, extrêmement timide, nous avons rejoins la jeep de bitoo, cristal, son nom affiché comme l'enseigne des taxis, jeep grise, entièrement refaite en rouge pour faire plaisir à Jean Pierre, couleur clown...
Embarqué derrière avec JP, Bitoo à la conduite, copilote rajou, et le beau frère dans le coffre, ouvert, en contorsionniste avec nos nombreuses bagages.
Nous partons sur la route pour Jaipur...ziguezagant au milieu des camions grigri, de tracteurs dégueulant leur blé sur des kilomètres, en une demi heure à peine nous avions dépassé 500 camions lumineux, un ballet de klaxonne commence, "please horn"", nous doublons à droite, ancienne colonie britannique,
Aveuglé par les phares, nous dépassons les camions, puis nous restons sans avancer pendant des heurs, les camions clignotent recouvert de guirlandes, colorés, magnifique, monstres de ferrailles dédicacés à une divinité Shiva,Vishnu, elles sont peintes ou collés derrière  ces cercueils roulant.

 

CLOWN DU BOUT DU MONDE (133)

 

"Cassé complet" Je sais j'y étais ! (Zppo)

 

La nuit a été longue mais tout cela parait tellement surréaliste, que l'on a pas vraiment conscience de l'accident risqué....malgré les nombreux ralentissements suite aux pannes, les hommes changent les roues,  poussant un camion de plusieurs tonnes qui n'avancera pas d'un centimètre, et le trafic ne s'arrête jamais, ralentissant à peine, filant et évitant parfois au dernier moment un obstacle motorisé, animal ou humain.
Il y a des camions énormes, des  jeeps, des petites voitures, des charrettes tirés par des ânes, que font ils là, ils font demi tour en sens inverse, dans la nuit, ils traversent la voie rapide, tout comme le fond certains indiens emmitouflés dans des couvertures sombres que l'on ne distingue pas, il évite la mort au dernier moment, à la différence du chauffeur d'un vieux vanne percuté par un camion, il obstrue la route, sa famille l'encercle, au milieu du chaos, on les évitent en passant prés du fossé, des kms de bouchon se préparent, nous sommes passés, personne ne s'arrêtera....
Un chauffeur s'endort, il fait des embardées, on l'évite, un autre se déporte, nous l'évitons, pas la voiture derrière...

Je mange des chips en pensant à notre périple sur la route, ça craque comme un accident, des os mêlés à la tôle.

B2, n'a jamais vu cela, plus jamais la route de nuit, mais comme il dit, c'est bien d'avoir parfois des pbs.
 

Après quelques tchaï, et quelques kms, nous arrivons non loin de Jaipur, nous raccompagnons Rajou chez lui, un petit village, constitué principalement par sa famille.


Inde campaing 018

 

B2 doit dormir un peu et nous aussi, il y a des lits paillasses devant la terrasse, Rajou nous installe dans la chambre de son fils, modeste mais avec deux lits.
 Sa famille est très chaleureuse,  souriante, des enfants, du bétail...enfin du soleil après la pénombre du trajet.
J’ai froid, je m’endors, les voix s'activent sur la terrasse, au réveil, je ne sais plus vraiment où je suis,  des vieux fument des shiloms, ils ont des sourires sans dents, les femmes et les enfants sont magnifiques, tout est coloré et poussiéreux, mélange étonnant comme pour symboliser l'énergie et l’humilité de e peuple.


J’espère revenir ici, ce n’est pas un rêve….

Repost 0
Published by jpbes
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 11:01

  Les 19  20  21 Mars 2011

"CARAVANE THEATRE"

sera à AUROVILLE (Près de PONDICHERY)

pour une initiation au "Théâtre Forum" "Théâtre Images"

auprès de publics internationaux et indiens

au "College Guest House"

Affiche-Auroville-EN-V2.jpg

Affiche-Auroville-FR-V2

 

Jean Pierre Besnard (Formateur)

au (0033) (0) 608288997 

mail : contact@parcourireslemonde.com



Repost 0
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 10:13

UNE RENCONTRE ...

UNE HISTOIRE ...

DES VOYAGES ....

 

Bombai 1 284

 

 

Il était cinq heures du matin à l’aéroport de N’Djamena,

je descends de l’avion quand je vois les regards entendus et les sourires malicieux de certains passagers se tourner vers moi. Ce n’est pas de moi dont on se préoccupe

mais du clown en peluche

dont la tête dépasse de mon sac à dos.


« Zippo »Tout sourire dehors,

propre et repassé de la veille,

tentait d’égayer la douane.

 Bombai 1 178

Combien de fois l’ai-je jalousé pour ses pouvoirs de séduction, pour sa manière de recevoir sans avoir jamais rien demandé, d’aller vers les autres sans avoir à bouger un pouce, de bavarder avec des étrangers dont il ne parle même pas la langue.

 

Vous serez stupéfaits de visiter son album photos

 

Il passe de main en main et de cœur à cœur. Le voici au Forum Social Mondial de Bombay au milieu d’un groupe de femmes tibétaines qui manifestent pour un « Tibet libre ». Elles se marrent comment des enfants en serrant le clown contre leur poitrine !

Au forum social de Porto Alegre notre Zippo voltige d’équilibriste en échassier !

 Bombai 2 082

« Zippo » solidaire des faibles, toujours en tête des cortèges, au cœur des manifestations, revendicateur dans les bras du policier, ami des enfants des rues, consolateur public, fier dans les bras de l’homosexuel déguisé en bonne sœur, souriant aux ramasseurs d’ordures, réconfortant les uns et amusant les autres, antiraciste, naïf, sincère


avec toujours son sourire éternel !

 Bombai 1 245

 

Quel communicant !

 

Ado j’avais un copain qui me disait :

«  Tu sais, moi, c’est pas mes parents,

c’est mon chien qui m’a élevé ».


Bombai 2 075 

Je  pourrais lui répondre :

 

Moi, c’est « Zippo »

 

Il me remet le clown à l’heure 


 (Papa Jipijy) 

Repost 0
Published by jpbes - dans Zippo le clown
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 18:32

 

C’était un matin d’hiver

normal...enfin...presque ....

 

Bombai 2 028

 

 

J’étais assis bien au froid des néons glacés, solitaire, dans la vitrine du buraliste, galerie marchande de l’aéroport de Toulouse Blagnac. Je l’ai vu passer et repasser. S’arrêter, me regarder, sourire, hésiter et enfin s’approcher du comptoir.

 

Deux minutes plus tard j’étais dans le sac, la tête en bas, coincé dans la fermeture éclair. Au chaud, certes, mais coincé. Drôle de début vous me direz.

 

A l’aéroport de N’Djamena j’ai sorti la tête du sac et c’est là que je les ai tous vu rigoler. Lui semblait fier de la trouvaille. Lui, ça l’éclatait de voir les autres se marrer. Lui, c’est un timide quand il ne connaît pas, il faut toujours qu’il fasse le clown pour se faire remarquer, communiquer qu’il dit c’est un mot d’intellectuel pour dire qu’il est bien emmerdé de ne pas trop savoir qui il est, ce qu’il fait, et ce qu’il doit faire. Avec moi il est tranquille : je souris tout le temps, pas de souci à se faire, ni de se demander s’il a fait une gaffe, s’il a dit un mot de trop…

 

Il s’est arrêté pour prendre un café, je n’avais pas encore de nom, lui c’était Monsieur JPB. J’avais entendu le douanier lorsqu’il a regardé  dans son passeport.

Moi, j’ai su de suite qu’il n’était pas un dangereux :


j’étais le seul objet tranchant dans son sac à dos. Il y avait bien quelques collègues en gestation : un paquet de nez rouges sans même un bout de ficelle pour s’accrocher, de vrais débutants, quoi ! Bah ! Et puis, il m’a sorti du sac et il m’a présenté


"Voilà, c’est Zippo, le clown qui vous met le feu !"

Repost 0
Published by jpbes - dans Zippo le clown
commenter cet article
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 17:47

 SOLANGE NOUS ECRIT A SON RETOUR : 


Voilà, je suis revenue. J’ai retrouvé les paysages enneigés de la Haute-Savoie, le ciel gris, et les visages souvent assortis. Mon corps est là, mon âme est encore là-bas. Elle danse et traîne la savate dans les rues chaudes et poussiéreuses de Louga, Sénégal. 

On ne revient pas indemne d’un tel parcours dans les rires, les rites, les lumières, les rencontres avec une autre terre,

un autre peuple, si différent mais si proche.
 Il faut dire que nous avions rendez-vous ensemble dans un troisième pays, un espace universel où tout est permis, où tout nous unit.


LES CLOWNS DEAMBULENT (10)

Dans les bras accueillants

Sans jugement

Bienveillants

De la « Planète Clown »

Nous nous sommes rencontrés

De coeur à coeur,

De corps à corps,

D’éclats de rire à regards lumineux,

D’imaginaires à imaginaires,

De représentations à représentations,

Pour le meilleur et pour le rire.

 

 

 

Nous nous retrouvons aujourd’hui frères et soeurs d’humanités, échoués aux confins de nos pays respectifs, enrichis d’une expérience unique, ennoblis des liens que nous avons tissés et qui perdurent au-delà des frontières de l’espace et du temps.

Inexorablement la vie d’ici va reprendre son chapelet quotidien, mais je ne suis pas pressée et je me délecte

du goût de cet espace intermédiaire où « flottent »t encore les odeurs du Sénégal et bruissent déjà les bruits d’ici.

Yeux mi-clos, bonheur des dimanches matins ensoleillés où les sensations et les images des rêves de la nuit nous retiennent mi endormis dans nos vastes espaces imaginaires. 

Nous avons vécu et tissé ensemble une expérience forte, éphémère et essentielle.

Dans le grand brouhaha de la mondialisation où tout est profit et politique,



LES CLOWNS DEAMBULENT (17) 

Nous avons ouvert un espace de rencontre gratuit.

Dans le miroir du regard de l’autre

nous nous sommes vus beaux et dignes d’intérêt,

l’amour que nous avons partagé n’a pas de frontière et oeuvre pour la Paix dans la reconnaissance de nos différences.

 

Puisse cet acte de citoyens du monde se multiplier et grandir.

 

Merci à Régis, Isabelle et Geneviève stagiaires français, merci à Khadi, Bobo, Anta, Soda, Amsata, Hasan, Massay, Ibrahim et Lebou stagiaires sénégalais, merci à Jean-Pierre  notre grand coatch, merci à Evelyne stagiaire et organisatrice, merci à tous de mʼavoir offert un si beau voyage. 

 

AMITIE FRANCO-SENEGALAISE

En partant, nous nous sommes serré la main gauche,

Ce qui veut dire au Sénégal

Que nous allons nous revoir.

Alors à bientôt.

Je vous aime !

Solange, allias  « Ludivine »

 

Repost 0
Published by jpbes
commenter cet article

Zippo Le Clown

  • : Les aventures de Zippo
  • Les aventures de Zippo
  • : Zippo le clown partage ses expériences humaines vécues durant les voyages et les rencontres inter culturelles. Il donne un espace de parole à tous ceux qui ont partagé bonheurs et galères avec le théâtre et les voyages. A la rencontre des personnes qui ont développé des actions artistiques diverses, Clown, théâtre …qui ont développé des actions de solidarité entre les pays du nord et ceux du sud. Ceux qui ont mis en place des voyages solidaires. Zippo evoque l'Inde, le Brésil, le Maroc,...
  • Contact

Recherche

Informations