Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 16:23


" PAROLES D'ANA !..."





Venir en Inde avec Parcourires le Monde, c’est entrer pa
r les fenêtres ouvertes par Jean-Pierre et Bittoo depuis de nombreuses années. Ensemble ils ont creusé patiemment des ouvertures pour un monde différent. Avec, comme arme singulière, le clown, personnage atypique qui s’immisce dans la réalité avec son regard naïf, curieux, espiègle, joueur. Avec lui les conventions volent aux éclats, les opposés se dissolvent, car ce personnage ne connaît rien de tout ça et va de par le monde avec sa seule envie de jouer, aimer, être ému, désarçonner, rire aux éclats, à cœur ouvert.




Nous faufilant dans ces ouvertures, nous sommes allés à la rencontre des habitants du sous-continent asiatique. -Pas facile de ne pas se laisser envahir par la peur de ne pas en faire assez, et du coup de remplir l’espace par beaucoup de gestes, de paroles et garder le contact. La règle du jeu étant : jouer avec
le public, le faire devenir acteur à son tour.
Pour moi, un des meilleurs souvenirs de nos sorties clowns s’est passé à Jaisalmer.



Jaisalmer, ville d’une beauté époustouflante : maisons nées du désert et des siècles de civilisations Rajpoutes et Moghols, grands palais somptueux, sculptés avec finesse. Le vent millénaire passe à travers les petites alvéoles des fenêtres où l’on devine encore les regards fébriles des femmes des havelis, prisonnières de leurs conditions de princesses.
Ville majestueuse, mais ville hautement touristique. Impossible de faire trois pas sans être invité  à voir telle échoppe, acheter tel tissu qui nous rendra plus heureux. Moi qui n’aime guère passer du temps dans les
boutiques, ces appels incessants me donnent plutôt le tournis. Notre sortie en clown a tout modifié : les vendeurs n’ont plus rien quémandé, le temps s’est arrêté pour laisser place à des moments de vie suspendus.



Nous nous approchons d’un vieil homme aux cheveux blancs, et commençons à « vivre avec lui », l’œil pétillant, l’émotion à fleur de peau. Il s’esclaffe comme pour dire « qu’est ce qui me tombe dessus ! ». Nous nous enh
ardissons et lui glissons un nez rouge au milieu de la figure. Il rit presque en pleurant ou en se lamentant. Nous entrons dans son émotion, l’agrandissons. Gégé, lui et moi vivons en écho ces émotions en les offrant malicieusement aux passants devenus public, qui se régalent de ce moment inattendu.
Plus loin, la visite d’un temple nécessite une grande finesse : se laisser imprégner, extasier, être respectueux tout en gardant la totale liberté du clown. Rien forcer, car le clown ne se force pas sinon il devient parodie, l’équilibre est à rechercher constamment.




Plus loin encore, nous créons à trois, depuis un balcon insolemment pris d’assaut, un improbable trio de chanteuses inspirées et disjonctées. En redescendant, nous communiquons notre folie joyeuse à un groupe de passants et ensemble nous chantons à pleins poumons une ritournelle venue du fonds des temps et cependant inventée sur place. « vachi, vacha » en sont les paroles inspirées..
Ces moments là sont cadeaux, le plaisir est total.

Jean-Pierre et Bittoo nous feront découvrir une autre partie de leur travail de résistance joyeuse destiné prioritairement aux bidonvilles :


Le théâtre forum, sur des sujets aussi délicats tel que le meurtre de femmes fraîchement mariées mais dont la dote tarde trop à arriver.
Ou encore une instruction donnée par un médecin au sujet de l’importance d’accoucher à l’hôpital, soutenue par une cohorte de clowns qui reprennent à leur façon les recommandations du spécialiste. Impossible de ne pas retenir la leçon, avec de si beaux personnages à la naïveté si franche !
Tout un volet de possibles que le clown ne demande qu’à s’emparer, et que je serais moi aussi, intriguée à explorer encore et encore. 



J’ai été impressionnée par le travail de longue haleine que tu, que vous faites. Du travail entre aperçu du théâtre forum, des interventions clowns "sociales". Réaliser les implications que ça peut avoir au quotidien en Inde pour les Indiens. Savoir que notre court séjour s'appuie là-dessus ça me plait.



J'ai eu du plaisir à clowner avec les participants, à nous entre découvrir avec ce moyen là, à me glisser dans la rue avec le nez, pour moi tout ça c'est le "doux", le "sucré", et j'ai aussi besoin de "salé". Et pour moi, le "salé", c'est le petit grain de sel que tu, que vous mettez, dans des rouages qui broient, parce que les gens avancent aveuglément, ou que ça les arrange d'avancer comme ça. C'est mon petit côté révolutionnaire, c'est peut-être aussi mon petit côté Suisse, qui a besoin de sentir qu'il y a un travail (!) de longue haleine, que c'est du durable !!!!




Partager cet article

Repost 0
Published by jpbes
commenter cet article

commentaires

Zippo Le Clown

  • : Les aventures de Zippo
  • Les aventures de Zippo
  • : Zippo le clown partage ses expériences humaines vécues durant les voyages et les rencontres inter culturelles. Il donne un espace de parole à tous ceux qui ont partagé bonheurs et galères avec le théâtre et les voyages. A la rencontre des personnes qui ont développé des actions artistiques diverses, Clown, théâtre …qui ont développé des actions de solidarité entre les pays du nord et ceux du sud. Ceux qui ont mis en place des voyages solidaires. Zippo evoque l'Inde, le Brésil, le Maroc,...
  • Contact

Recherche

Informations