Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 18:04

 

 BETTY




Au début une chaleur insupportable, à la fin une chaleur qui nous apprivoise...

C'est dans ce cadre à part, étonnant, plein de surprises qu'un petit groupe de français a pu rencontrer un groupe de marocains dans un échange interculturel, à travers l'apprentissage de techniques que sont le Théâtre-Forum, le Théâtre-Image et le clown.

 

Le clown

 

Le clown est un personnage qu'on ne soupçonnerait pas

Qui se rit de tout et de lui même

Il ne fait pas les choses à moitié

Il se nourrit de son public et lui donne tout en échange

S'il y a un problème, il s'en joue, l'affronte, le dépasse

Sa stratégie?

Son regard, son visage, son corps tout entier qui transpire ses émotions !

Mais d'où vient-il?

D'une autre planète

Il est un peu de nous même

De ce qu'il y a de plus doux et de plus fort à la fois

De ce qu'il y a de plus courageux et de plus émotif

C'est l'être de communication par excellence

Le médiateur social qui brise les barrières interculturelles

Nous devrions rechercher le clown qui est en nous

Et nous inspirer de lui

N'ayez pas peur ! Le meilleur reste à venir...

 

 

Une découverte étonnante

 

Je venais à cette formation en ayant quelques attentes par rapport au Théâtre-Forum et au

Théâtre-Image, outils que je pensais pouvoir réutiliser dans une future pratique de psychologue.

Pour ce qui est du clown, je ne savais pas du tout à quoi m'attendre... Et quelle ne fut pas ma surprise !

C'est ce qui m'a le plus étonnée, effrayée et ce que j'ai aimé le plus à la fois. Il est vrai que je n'avais jamais fait de théâtre, ni de clown auparavant, d'où quelques appréhensions! Alors je voulais bien faire...voilà mon erreur. Avec le clown, on n’est pas là pour bien faire, on est pas sur le « mode faire ».

Bien au contraire, on est sur le « mode être ». A partir du moment où j'ai commencé à être, j'ai commencé à pendre plaisir, et c'est là que le clown prend toute son essence. Petit à petit j'ai commencé à me trouver, à trouver mon clown. Je ne l'ai pas tout à fait trouvé, ce n'est que le début...Intéressante également la rencontre des clowns marocains et des clowns français... On est à l'écoute de l'autre et malgré cela, parfois, on ne se comprend pas... ça n'est pas un problème en soi, parce qu'à partir de là, se développe un nouveau langage, un langage commun aux deux clowns. C'est la rencontre interculturelle des clowns.

 

Le festival : Le lâcher de clown, une désorganisation orchestrée !

 


C'est dans le cadre du festival d’Agdz, au cœur même du défilé de chars et de prestations en tout genre, que les clowns ont fait leur apparition....


C'est vraiment là où j'ai pris le plus de plaisir! En jouant sur une large palette d'émotions, en étant sur tous les fronts... On ne sait pas ce qui va se passer, on ne sait pas ce qu'on va faire...on se faufile, on avance et les choses se passent naturellement, c'est l'imprévu qui crée tout. On se nourrit de l'imprévu mais surtout du public que l'on a en face de nous. Je dis en face, je parle là de proximité... mais le plus étonnant est quand quelque chose se passe à plus de deux cents mètres... quand les regards se croisent à cette distance, quand on les tient en haleine, que des rires s'échappent et éclairent des visages... on est rempli de joie.

Parfois les imprévus nous joue de très mauvais tour ! J'étais en débardeur, alors on m'a donné un pull pour ne pas choquer certaines personnes. Mais un pull alors qu'il faut 45 degré et qu'on est au soleil, c'est très dur! Mais mon clown l'a accepté, il en a joué d'ailleurs ! Ça a fait rigoler certains...

Grâce aux rires, aux chants, la danse, la musique, en passant par la moto, le foot, les échanges de regards intenses, inquiétants, timides... mon clown a pu approcher la population marocaine spectatrice du défilé, d'une manière que je n'aurais jamais cru possible, qui n'aurait pas été possible si je n'avais pas le nez. Le clown est un véritable être de communication interculturelle.


La découverte du clown: est-on toujours la même personne?

 

On se surprend à faire le clown tout le temps... dans la rue, en discutant avec des amis...

Myriam, « ma famille marocaine », me disait tout le temps « Mais arrête de faire le clown tout le temps ! ».

Le clown nous aide à mieux nous comprendre, à mieux comprendre nos émotions, à nous redécouvrir mais aussi et surtout à nous découvrir. Il nous aide également à relativiser certaines choses. Je disais que le clown était un être de communication interculturelle, mais peut être pourrait-on dire de lui qu'il est un être de communication « à lui même » (à « lui » sans le nez).

 

Des projets, encore des projets

 

Le clown m'a épatée ! Tout ce qu'on peut faire avec un si petit nez, un si petit masque, un si petit déguisement ! J'aimerai faire partager à d'autres ce fabuleux personnage. C'est pourquoi j'ai pour projet de consacrer mon mémoire de Master professionnelle de psychologie de la santé à la prise en charge des enfants hospitalisés par l'intermédiaire du clown : amener les enfants à faire du clown et non pas faire venir des clowns à l'hôpital, comme cela se fait souvent. C'est un outil que j'aimerais vraiment utiliser dans ma pratique.

 


Le Théâtre-Forum et le Théâtre-Image


Le Théâtre-Forum ou le Théâtre-Image?

 

Pour moi le Théâtre-Forum et le Théâtre-Image sont complémentaires. Certes, à partir d'un

« Forum » on peut finir sur une « image » et inversement. Mais j'entends par là qu'il y a une complémentarité dans ce que l'on va proposer au public. Certains peuvent se sentir plus à l'aise avec le forum et d'autres avec l'image. Une image peut être plus parlante, à ce moment là c'est la gestuelle qui compte et elle ne trompe pas. On pourrait en effet se cacher derrière des mots. Et en même temps, on met ce qu'on veut dans l'image, elle résonnera en chacun de manière quelque peu différente. Là où l'imaginaire domine, d'autres on besoin de choses concrètes, d'une mise en scène, d'un Théâtre-Forum. Dans nos spectacles, nous avons proposé les deux au public.

 

Au cœur d'un débat




Le choix des thèmes pour le spectacle a suscité un vif intérêt, des désaccords entre les personnes de différentes cultures et entre les personnes qui partageaient la même culture.

Les jeunes filles voulaient aborder les thèmes du mariage arrangé et du mariage précoce, alors que les hommes s'accordaient à dire que cela n'existait pas à Agdz. D'ailleurs le sida aussi n'existe pas à  Agdz, mais peut être à Marrakech !

Le débat était intéressant !

Il y a des choses que nous, français, aurions aimer mettre en place et certains marocains d'ailleurs. Je pense notamment au médecin qui nous avait proposé de faire de la prévention sida.

Mais cela n'a pas été possible. Il est important de partir de la demande de la population elle même.

Il faut l'accepter. Mais peut être que les choses se feront petit à petit et que les thèmes que nous n'avons pu aborder le seront dans quelques années...

 

Ca fonctionne !

 


Après avoir survécu à des retards de bus, une tempête de sable et ce temps d'attente qui n'en

finissait pas, nous avons quand même pu jouer ( à minuit, un heure du matin, au lieu de 18h !...) !


On a abordé finalement les thèmes de la position de la femme et de la fille dans la famille marocaine à travers le Théâtre-Image, « la famille idéale » et « les petites bonnes » avec le Théâtre-Forum et la prévention routière grâce à une famille de clowns complètement délurée...

Et ça a fonctionné, c'est presque magique... Les gens ont participé, il y a eu des choses vraiment intéressantes. On se dit qu'avec ces techniques, on peut vraiment faire bouger les choses, faire réagir les gens...


La rencontre d'une famille

 


« C'est magnifique !», « pas de problème! »

 

Pour les marocains, tout est « magnifique » et il n'y a jamais de problèmes.

Il est vrai que leur accueil est magnifique, ils donnent tout, partagent tout... C'est une grande leçon d'humanité, d'humilité.

Ce séjour marocain, c'était la rencontre d'une famille. Myriam, une jeune fille de 17 ans, pleine de vie, très moderne mais qui respecte tout de même sa culture, sa religion et qui parfois les subit également... Sa mère, une femme très traditionnelle, qui ne parlait pas du tout le français. Mais on a quand essayer et réussit à communiquer. Le clown y a beaucoup aidé ! D'ailleurs, elle voulait que je reste au Maroc avec elle, que je ne rentre plus en France!...

Une famille entière qui m'a accueillie à bras ouverts et que je ne remercierai jamais assez!

Ce séjour marocain, c'était aussi les nuits à la belle étoile. On dormait sur les tapis, à la terrasse. C'était aussi les bons petits plats, le thé, nos vies rythmées par les chants et l'enthousiasme des Marocains...

 

Ce que pense Myriam (mon hôte et stagiaire marocaine)

 

C'est une bonne expérience, une bonne occasion de découvrir beaucoup de choses !

Grâce à Betty, je peux sortir plus tard le soir. Betty me sert d'alibi ! (rires)

Je ne peux pas rester aussi longtemps en colère comme avant, parce que Betty discute avec moi, j'apprends beaucoup de notre communication (80% avec Betty, 20% avec les autres, dont 10% Jean-Pierre et Aude et 10% les autres!). Betty partage mes petits secrets !

J'ai découvert beaucoup de choses avec vous : une façon de parler avec les autres, comment faire un bon programme. J'ai pas le temps de regarder la télé ! (rires) Dans la télé, dans ma vie : je vois des problèmes entre les parents et les enfants, mais avant je ne pouvais pas agir. Maintenant je vois comment ou pourrait réagir, je suis active ! J'aimerai faire le même type d'exercice avec les enfants.

J'aimerai plus tard faire mes études en France, pour rencontrer de nouvelles personnes, découvrir une autre culture : ici, il y a trop de tabous!

J'aimerai quand même revenir au Maroc pour travailler. Mais j'ai peur à cause des papiers etc... Parce que c'est très difficile.

 

Un petit secret marocain?

 

Le vrai bon tajine, selon Myriam...

Dans le plat tajine déjà préchauffé, mettez de l'huile, du sel et de « la couleur » comme ils disent!

Coupez les oignons, faites les revenir

Mettez la viande au milieu et les légumes au-dessus

Rajoutez un peu d'eau et laissez mijoter 20 à 30 minutes

A la fin, rajoutez des tomates coupées en rondelles et laissez mijoter 15 min.

Si c'est un tajine poulet-citron, mettez les tomates en même temps que les oignons et rajoutez un peu avant de mettre la viande. Laissez mijoter 15 min.

Après ajoutez les citrons en rondelle, les olives et un verre d'eau et laissez mijoter 10 min.

Petite astuce, pour savoir si c'est bon, goûtez les oignons et vous saurez si votre plat est prêt.

Bon appétit !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jpbes
commenter cet article

commentaires

Zippo Le Clown

  • : Les aventures de Zippo
  • Les aventures de Zippo
  • : Zippo le clown partage ses expériences humaines vécues durant les voyages et les rencontres inter culturelles. Il donne un espace de parole à tous ceux qui ont partagé bonheurs et galères avec le théâtre et les voyages. A la rencontre des personnes qui ont développé des actions artistiques diverses, Clown, théâtre …qui ont développé des actions de solidarité entre les pays du nord et ceux du sud. Ceux qui ont mis en place des voyages solidaires. Zippo evoque l'Inde, le Brésil, le Maroc,...
  • Contact

Recherche

Informations