Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 14:13

Marie Claire  L’histoire d’un voyage en Inde (le mien)

Et…. j’ai dit : « OUI »


Il y a quelques mois, j’ai dû prendre une décision rapide, nous avions, grâce au travail effectué en France auprès des femmes en prison, la possibilité d’aller en Inde puisque celles-ci avaient choisi de remettre les bénéfices de leur travail à JKSMS, une ONG indienne de Jaipur-. 

Pour moi qui n’ai jamais voyagé ailleurs qu’en Europe, Quelle aventure ! Et même,  encore mieux, j’allais faire un stage de clown avec Jean Pierre comme « maître »…

Notre action en faveur des femmes en prison, j’en étais enchantée, même si  un peu angoissée, mais alors,  le stage de clown ? À quoi pouvait- il bien me servir sinon qu’à faire le clown ?  

Epreuve, je dis bien épreuve car je n’imaginais même pas ce que j’allais trouver là-bas, si peut-être, les palais et les personnages que j’avais pu voir soit dans des livres ou des documentaires, mais rien de concret. La culture, la vie, les monuments, à part les massages….j’en savais pas grand-chose  (pas fière, la dame..) 

J’avais une telle  l’appréhension que je n’ai bouclé mon sac à dos que la veille du départ, en souhaitant presque qu’on ne puisse pas partir, euh !...

L’arrivée en Inde à Delhi, le choc : la peur, la joie, le monde partout !....

(Principalement que des hommes…) des hommes qui se changent dehors, des femmes qui « reprennent », dans les toilettes, leur tenue indienne. Une chaleur, du bruit, une odeur (berk) une sensation de saleté. Une attente sans toujours trop savoir ni où on va, ni qui va venir nous chercher…. Bref, un électrochoc, partir ? Rester? Non, finalement, l’envie de l’aventure reprend le dessus. L’équipe de JKSMS arrive avec des colliers de fleurs, une jolie pancarte de bienvenue aux clowns. Voilà,  tout redevenait beau, accueillant et plein de curiosité autour de moi. 

La première semaine de mon voyage, en hôtel à Jaipur, joli palier, pour s’habituer à la vie indienne, pas la même conception de la propreté, de l’hygiène… une bonne idée que de passer par ce sasse. Des massages tous les jours ou presque, des rencontres avec les indiens de JKSMS, des échanges, un bafouillage en anglais bien rigolo, plus de souvenir du vocabulaire tant appris, « manger, comment on dit déjà ? » ah si, on retrouve vite car tout y est bon à manger, ça pique beaucoup les premiers jours mais petit à petit on se régale.

A part le thé, le « chine » berk, j’aime le CAFE !. Sauvée ! Ici ils ont du nescafé !

« En v’la du clown…en vl’a…et du meilleur  croyez-moi ! »


 Pendant cette semaine de stage, nous étions logé-e-s chez l’habitant. Jean Pierre avait auparavant testé nos angoisses, en nous questionnant et ce, afin de nous loger, là où le contraste de vie serait le moins difficile. Et oui, ce n’était plus l’hôtel.                                                                                          

Bien installée avec mes 2 amies, la vie en Inde allait débuter. Le premier jour du stage, rencontre avec les indiens qui participaient également. On se regarde un peu, mais très vite les sourires accueillants se dessinent sur leur visage. Les femmes sont plus retenues. Mais tous envie de faire le clown. Enfin, je commençais à comprendre ce qui se passait, faire le clown n’est pas simple, mais dès que le nez est mis, tout change, on ose un peu plus chaque jour, on rigole les uns des autres. Non pas de moqueries, simplement parce que chacun fait le clown et exprime des situations souvent drôles.

Le clown un « Sésame » pour faciliter la rencontre des cultures.

Le mélange de nos cultures et la façon de travailler, m’a permis de mieux connaître l’Inde et ses habitants. Nous mimions des moments de nos vies, chacun dans son pays. La pudeur des indiens disparaissait, nous étions dans leur vie. La nôtre aussi disparaissait, on osait, j’ai osé faire le clown ! Même si nos différences de cultures ne nous permettaient pas de réellement faire passer le message ou du moins pas le même !!! 

Notre rencontre avec les habitants, si elle ne s’était pas faite de cette manière ne nous aurait pas permis de les découvrir. En clown, nous étions proches. La difficulté de la langue n’existe plus, tout le monde se comprend et chaque jour de mieux en mieux. 

La communication entre nous est faite, plus de différence, d’âge, de sexe, de culture, de langue, on vit tous ensemble la même aventure. 

Le Ballades clownesque dans le village.

Le meilleur moment d’échange, de rire et de complicité a été celui où nous dévions nous promener en clown dans le village. Les préparatifs du maquillage, chacun maquille l’autre, indiens pas indiens, pas de différence, l’éponge et les couleurs circulent. On voit nos têtes, trop drôle, aussi beau ou ridicule, on ne sait pas, les uns que les autres. 

Mettre en pratique dehors, déguisés, notre moyen de communication appris lors de ce stage, sans parler en fait, les indiens étaient comme nous, ils devaient rentrer en contact avec les gens rien que par la façon d’être. Quand même, ils étaient plus à l’aise que nous, mais nous étions vraiment tous ensemble.  

Les gens nous accueillent avec le sourire, les enfants petits nous regardent avec des yeux apeurés, les plus grands veulent nous toucher, parfois abîmer nos beaux habits de clown, les hommes sourient mais restent à leur place. Certaines femmes nous approchent, veulent jouer avec nous, veulent nous toucher. C’est trop beau, un bonheur qui se partage .Nous avons circulé dans le village avec une horde d’enfants, qui n’oubliaient pas, bien sur de nous demander : « one pen. » 

Le clown. L’idée de m’en re servir, après, ICI, dans le cadre de mon métier ….

Cette façon de faire le clown, de jouer, mais surtout de découvrir une méthode de l’approche de l’autre différente de celle que je connais, me donne envie de me servir de quelques petits trucs dans le cadre de mon métier. Bien sur pas avec le nez, quoique ? Permettre à des personnes, en manque de confiance de s’adresser à d’autre professionnellement. En travaillant l’expression, arriver à se faire comprendre, à transmettre une émotion  rien que par le visage. Jouer des situations angoissantes, voilà ce que je « pique » à mon formateur !!! 

Ce stage, ce voyage a été une réussite, mais et oui il y a un mais : pleurer pour avoir du café, partout où l’on va, gentiment on vous offre du « Chine » une espèce de thé, épicé avec du lait……..Beurk Beurk et Beurk. La prochaine fois, car pour moi il y aura une prochaine fois et très vite j’espère, j’amène mon café……. 

Du clown encore et encore !!

Revoir l’Inde,  refaire le stage de clown pourquoi ? D’abord parce que j’ai aimé ce pays et j’y ai tout à apprendre, à me familiariser avec cette autre façon de vivre, à accepter toutes ces religions qui m’ont angoissée lors de nos visites dans les lieux de culte. A poursuivre le projet qui m’a amené à accepter ce voyage, participer à des échanges de connaissances et de compétences avec JKSMS.

Je ressens le besoin de refaire ce stage de clown car la fatigue liée à tant de découvertes, au changement de vie, mon amie malade…. m’ont donné la sensation de ne pas avoir vécu jusqu’au bout et assez intensément mon stage, je reste sur : « Il me manque quelque chose » !

J’aurai préféré, enfin je pense, que le stage dure plus d’une semaine  mais coupé d’un retour à une vie plus proche de nos habitudes. Prendre le temps de souffler avant de reprendre.

A très bientôt pour de nouvelles aventures de clown indien et Merci Jean-Pierre pour tout ce que tu m’as permis de vaincre et surtout l’envie de refaire.

Marie Claire

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jpbes
commenter cet article

commentaires

Zippo Le Clown

  • : Les aventures de Zippo
  • Les aventures de Zippo
  • : Zippo le clown partage ses expériences humaines vécues durant les voyages et les rencontres inter culturelles. Il donne un espace de parole à tous ceux qui ont partagé bonheurs et galères avec le théâtre et les voyages. A la rencontre des personnes qui ont développé des actions artistiques diverses, Clown, théâtre …qui ont développé des actions de solidarité entre les pays du nord et ceux du sud. Ceux qui ont mis en place des voyages solidaires. Zippo evoque l'Inde, le Brésil, le Maroc,...
  • Contact

Recherche

Informations